Wanomichi : Voie de l’Harmonie, Voie de la Paix

Wanomichi : Voie de l’Harmonie, Voie de la Paix

Wanomichi prend sa source dans l’enseignement qui fût dispensé à Iwama au Japon par Morihiro Saito Sensei, un des plus proches disciples du Maître Morihei Ueshiba le fondateur de l’Aikido.

Daniel Toutain a initié Wanomichi après 50 ans de pratique de l’Aikido. Elève de Maître Saito, il a souhaité apporter une approche nouvelle de l’enseignement reçu à Iwama dans le but d’améliorer la compréhension et l’application des principes fondamentaux qui animent cette transmission.

La pratique d’Iwama

Cette pratique du Fondateur de l’Aikido a été perpétuée par Morihiro Saito Sensei qui a vécu à ses côtés et suivi son enseignement pendant 23 ans dans son Dojo personnel à Iwama. Après le décès de son Maître, le professeur Morihiro Saito a eu la charge de ce Dojo où, sous l’appellation « Iwama Takemusu Aiki » et plus tard « Iwama Ryu », il a préservé fidèlement l’art authentique d’origine dont il avait hérité. C’est dans ce lieu historique au Japon que Daniel Toutain a reçu l’enseignement de Morihiro Saito Sensei.
L’art du Fondateur de l’Aikido comportait des différences significatives par rapport à l’Aikido plus largement diffusé aujourd’hui. En effet, il est reconnu officiellement que son fils, le Maître Kishomaru Ueshiba, a apporté des modifications afin d’en faciliter la diffusion auprès du plus grand nombre. C’est incontestablement ce qui a contribué au développement de cet art dans le monde entier. Ainsi, bien que faisant partie d’une même famille, il existe des divergences techniques subtiles entre l’Aikido officiellement représenté dans le monde entier par l’Aikikai de Tokyo et l’art qui fût préservé à Iwama par Saito Sensei. De plus, l’enseignement qui était dispensé à Iwama comportait la pratique du sabre et du bâton telle qu’elle avait été personnalisée par le Fondateur à partir d’écoles traditionnelles dont il avait lui-même atteint les plus hauts niveaux de maîtrise. Le Maître considérait en effet que le maniement de ces armes devait refléter les mouvements du corps et inversement, d’où cette relation directe qu’il avait su adapter entre les techniques d’armes et les techniques à mains nues. Ces deux aspects constituaient une seule et même chose dans son art. Cependant il ne dispensait cet enseignement du sabre et du bâton que dans son Dojo personnel à Iwama.

Qu’est-ce-que Wanomichi ?

Enraciné dans la pratique d’Iwama, Wanomichi propose d’en approfondir les fondements grâce à un programme particulier de perfectionnement et l’apport d’autres pratiques partageant des points communs. Fort d’une expérience de plus de quarante ans d’enseignement et aussi d’expériences dans d’autres arts que l’Aikido, Daniel Toutain a remarqué que les pratiquants nécessitent d’abord de mieux maîtriser leur corps pour qu’une pratique avec un partenaire aboutisse au résultat désiré. Il a créé pour cela une méthode spécifique appelée Kaizen Dosa. Cette méthode guide le pratiquant à mieux percevoir la globalité du corps tout en affinant la relation entre mouvement et respiration. Il en résulte une plus grande stabilité, plus de fluidité dans les mouvements et surtout une indispensable maîtrise de l’espace grâce à des exercices mettant en exergue les principes fondamentaux des techniques martiales d’Iwama. Cela passe par des mouvements à exécuter seul ou avec un partenaire, soit avec un Jo (bâton) utilisé comme axe, soit à mains nues. Par ailleurs, Kaizen Dosa inclut aussi en partie la pratique du Ashtanga Yoga qui a été spécialement adaptée aux besoins des adeptes du Wanomichi. C’est un excellent moyen d’acquérir non seulement une plus grande souplesse avec un impact évident sur la santé, mais également d’acquérir une plus grande maîtrise du corps. Cette partie est supervisée par Sonia Tomioka Toutain, une professeure de Ashtanga Yoga expérimentée dans la pratique d’Iwama.

Kaizen Dosa est une spécificité du Wanomichi en tant que programme complémentaire à l’étude des techniques d’Iwama. C’est une porte ouverte à un plus grand nombre pour progresser ainsi dans une pratique globale dont les fondements correspondent à l’enseignement traditionnel d’Iwama.
Saito Sensei, tout en étant resté totalement fidèle à son Maître, avait su faire évoluer sa pédagogie pour mieux l’adapter à chaque période et situation. Le nom Wanomichi a donc été décidé dans cet esprit par Daniel Toutain, d’autant que Saito Sensei lui avait lui-même suggéré cette possibilité si le besoin s’en faisait ressentir un jour. Ce choix a aussi été guidé par soucis de clarté vis à vis de l’Aikido officiel et des diverses écoles d’Iwama créées depuis la disparition de Saito Sensei.
Wanomichi s’inscrit totalement dans cette définition de la Tradition donnée par Jean Cocteau, poète français :

« La Tradition, c’est ce qui, en s’appuyant sur les certitudes du passé, évolue en permanence ».
– Jean Cocteau

Par le biais de cette expérience physique et technique, Wanomichi a pour but d’apporter à chacun la découverte de son propre potentiel afin d’acquérir une plus grande confiance en soi. C’est le premier pas vers une meilleure connaissance de soi, source de Paix intérieure et donc de meilleures relations avec le monde extérieur.

Wanomichi art de Paix dans la tradition du Budo

En tant que Budo, Wanomichi repose techniquement sur la tradition martiale japonaise telle qu’elle fut transmise par le Fondateur de l’Aikido à Iwama. Selon son message, le but n’est pas de dominer un adversaire, mais d’atteindre l’harmonie et de se relier aux lois de l’Univers. C’est le point essentiel dans la relation physique qui existe lors de l’exécution des techniques. Grâce à cette relation avec le partenaire il est possible de découvrir davantage sur soi et sur ses réactions afin de s’améliorer en permanence. Atteindre cette harmonie avec l’autre exige certes une recherche de maîtrise des techniques, mais surtout d’être en harmonie avec soi-même. Cela a inévitablement des répercutions dans la vie de tous les jours et permet d’accéder éventuellement à une maturité spirituelle, but ultime donné à son art par le Maître Morihei Ueshiba.

C’est pourquoi une attention toute particulière est donnée au maintien d’une attitude de respect, de convivialité et de bienveillance pendant les séances. En effet l’Ego n’a pas de place dans le Budo.

La pratique du Wanomichi a d’abord pour effet d’obtenir un bon équilibre physique et émotionnel. Cela contribue à préserver également une bonne santé dont il est reconnu aujourd’hui qu’elle dépend de plusieurs facteurs.

Wanomichi peut être pratiqué par tous, adultes hommes ou femmes quel que soit l’âge et enfants dès 6 ans.

Programme technique

Tous les instructeurs Wanomichi respectent ce programme d’enseignement et se perfectionnent eux-mêmes dans cette Voie.

La pratique du Wanomichi se divise en 4 parties selon le programme suivant :

1 – Kaizen Dosa :

  • Exercices préparatoires créés par Daniel Toutain pour assimiler les principes fondamentaux qui composent les techniques d’Iwama. Exercices à mains nues ou avec un jo, seul ou avec un partenaire.
  • Préparation et perfectionnement physique adapté pour les pratiquants de Wanomichi à partir du Ashtanga Yoga.

2 – Taijutsu : Toutes les techniques à mains nues, avec un ou plusieurs partenaires, du programme qui était enseigné à Iwama.

3 – Bukiwaza : Wa no Ken et Wa no Jo : Techniques avec Ken (sabre de bois) et Jo (baton d’environ 1m28 ou plus selon la taille du pratiquant) avec un ou plusieurs partenaires. Techniques qui étaient uniquement transmises à Iwama au Japon et complétées par la possibilité de nombreuses variantes.

4 – Bukidori : Techniques mixtes à mains nues et Ken, Jo ou Tanken (sorte de poignard). Avec un ou plusieurs partenaires. Toujours selon le programme de base d’Iwama et avec les possibilités de variantes et applications.

L’enseignement se divise en trois étapes principales et progressives :

1 – Étude approfondie des techniques de base et compréhension des principes fondamentaux : kihon

2 – Formes fluides du programme de base : Ki no nagare

3 – Application des principes fondamentaux dans une exécution plus libre et créative des techniques : Takemusu

La tenue Wanomichi

Le Wanomichi se pratique avec une tenue inspirée par les tenues classiques utilisées dans les Budo japonais, mais d’un confort plus contemporain. Elle se compose d’un pantalon noir ample avec une ceinture élastique large et deux sangles permettant d’ajuster le port à la taille. Ce pantalon se porte comme un pantalon classique et comporte à l’arrière le koshi ita identique à celui du hakama traditionnel. Une veste blanche à manches larges, avec un col semi rigide fermé en « V » de style sweat shirt est portée à l’intérieur du pantalon. Elle est confectionnée dans un tissu souple de type keikogi de Karaté. Aucune ceinture n’est ainsi nécessaire afin de donner au corps une plus grande liberté de mouvement.

Tous les pratiquants portent la même tenue sans distinction de niveau. Par mesure d’hygiène, il est demandé d’utiliser des tabis (chaussettes traditionnelles japonaises).

Wanomichi est représenté dans de nombreux pays au sein de l’Association Internationale « IWA » (International Wanomichi Association).


* Morihei Ueshiba (1883 – 1969) Fondateur de l’Aikido

* Morihiro Saito (1928 – 2002) Considéré comme l’héritier technique du Fondateur, gardien de son Dojo à Iwama au Japon jusqu’en 2002.* Nobuyoshi Tamura (1933 – 2010)

* Masamichi Noro (1935 – 2013) Fondateur du Kinomichi

* Wa no Ken : Le sabre de l’harmonie, de la Paix

* Wa no Jo : Le bâton de l’harmonie, de la Paix* Kaizen Dosa : Le mot kaizen est la fusion des deux mots japonais kai et zen qui signifient respectivement « changement » et « meilleur ». La traduction courante est « amélioration continue » soit analyser pour rendre meilleur ».

* Ashtanga Yoga : C’est un Yoga dynamique comprenant des postures accompagnées d’étirements pour développer l’énergie avec des positions visant à accumuler le souffle vital dans les parties profondes des tissus du corps grâce à une synchronisation des mouvements avec la respiration. Certaines postures favorisent le « gainage » du corps de façon spectaculaire. Le Centre du corps guide tous les mouvements comme dans les arts du Budo japonais. Yoga signifie Union.

* Daniel Toutain : Pendant 30 ans, Daniel Toutain a été successivement élève proche de trois célèbres experts japonais, tous disciples du grand maître Morihei Ueshiba le Fondateur de l’Aikido :

  • Masamichi Noro Sensei de 1968 à 1978
  • Nobuyoshi Tamura Sensei de 1978 à 1988
  • Morihiro Saito Sensei de 1992 à 2002 dont il a reçu directement le grade de 6ème Dan en Mars 2002.

À part une courte expérience en Judo et Karaté, il a pratiqué pendant quelques années le Wing Chun avec un Maître chinois de réputation internationale ainsi que le Iaï sur une période plus longue. Depuis 2015 il s’adonne au Ashtanga Yoga, ce qui lui a donné une ouverture nouvelle dans sa pratique. Il a donc initié ses recherches sur Wanomichi à partir de 2015 et a utilisé officiellement ce nom en 2018.
Depuis 1975 Daniel Toutain est titulaire du diplôme de professeur de Judo, Karaté, Aikido et Méthodes de Combats Assimilées (option principale Aikido) du Ministère Français de la Jeunesse et des Sports. Il a un temps occupé les fonctions de Délégué technique Régional au sein de l’UNA (Union Nationale Aikido) et de Responsable technique National au sein de la FFLAB (Fédération Française Libre d’Aikido et de Budo) dirigée techniquement par Tamura Sensei au début des années 80.
Wanomichi est donc le résultat de l’enseignement reçu de ses Maîtres pendant trente ans et de plus de cinquante années de pratique dont une quarantaine en tant que professeur à différents niveaux.
L’enseignement complet qu’il a reçu de son Maître Saito Sensei constitue la colonne vertébrale de Wanomichi, adapté aux besoins du monde d’aujourd’hui.

* Sonia Tomioka Toutain : Diplômée de l’Université de Sao Paolo (USP – Brésil) en éducation Physique et Sportive – Psychologie et Physiothérapie. Professeure de Ashtanga Yoga, elle guide cette partie du programme qui inclut également la Méditation. Dans les années 90, Sonia a séjourné plus de 4 ans dans le Dojo du Fondateur de l’Aikido à Iwama au Japon auprès de Saito Sensei dont elle était très proche. Étant d’origine japonaise, elle avait la responsabilité de transmettre la culture japonaise aux pratiquants venant du monde entier pour séjourner dans le Dojo d’Iwama. Titulaire du 3ème Dan Iwama, son expérience lui permet donc d’adapter de manière spécifique et très progressive les exercices du Ashtanga Yoga dans le programme Wanomichi auquel elle participe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.