2016-08 – Revue du Dojo d’Aikido Kastellin en Finistère

Nous avons eu le plaisir de recevoir une petite revue éditée par le Dojo d’Aikido Kastellin situé à Châteaulin dans le Finistère.

DOJO AÏKIDO KASTELLINNous sommes un petit dojo qui pensons apprendre l’Aïkido perdu en Finistère, notre courant est celui du Shihan Christian TISSIER Senseï mais nous essayons sans aucune « trahison » de notre part, sans non plus « quitter » notre chemin d’ouvrir au sens large notre esprit, d’élargir également, notre culture de cet Art universel et ce qu’il englobe en général.

Nous partageons notre vie en ce dojo, en diffusant une modeste « revue » qui ne se veut aucunement morale, qui ne détient en rien « la vérité », qui ne cherche à offenser personne qui ne fait aucun profit, qui reste au stade du partage et surtout du questionnement.`

Sa lecture amène à la réflexion et pousse peut être à réaliser des recherches plus approfondies.

Lorsque nous mettons en « lumière » une grande personnalité de ce noble Art, par respect par convenance, il nous semble important d’en informer cette dernière pour cette raison, nous vous adressons aujourd’hui, cette revue

merci de votre attention
cordialement,
Jacques BIOJOUX

Ce numéro contient un article sur le Jo, en particulier le Kata 31, ainsi qu’une réédition d’une interview de Daniel TOUTAIN Sensei parue déjà il y a quelques années.

Merci pour ces mots Jacques…

Le jo lui-même possède une certaine réputation historique d’arme à la fois redoutable sans pour autant être une arme létale et mortelle ce qui reflète, à mon humble avis, bien plus la philosophie de l’Aïkido que le sabre lui-même. Que dire de plus ?

Là où le sabre est l’arme d’une certaine élite, l’arme d’une caste militaire historiquement moins commune et répandue que les autres castes populaires japonaises, le Jo est lui l’arme du péon, l’arme du simple et du commun. Il est l’outil de marche de l’humble mais aussi le moyen de combattre pour qui souhaite simplement sa défense personnelle et non prendre la vie de l’autre dans une bataille.

MU-jo-Trans50
credit photo(?): http://www.unterstein.net/su/aiki/kata.html 

Un petit commentaire concernant un passage au sujet de SAITO Sensei et d’Iwama Ryu…

Si l’Aïki-Jo est si bien organisé, c’est notamment grâce au travail pédagogique de Morihiro Saito (fondateur de l’Iwama Ryu, ce courant d’Aikido réputé dur et tourné vers les armes) et si effectivement, le Jo complète harmonieusement la pratique à mains nues et celles des autres armes, il n’en demeure pas moins réducteur de cantonner le travail du Jo à la simple appellation d’entrainement de coordination pour nos sens Aiki.

Il est regrettable, il me semble, de considérer l’enseignement de SAITO Sensei comme une école « dure et tournée vers les armes ». Cette réputation, si réputation il y a, n’est pas fondée. A Iwama les saisies sont fermes mais doivent restées adaptées au niveau de son partenaire afin que celui-ci puisse progresser. Il y avait d’ailleurs un panneau affiché à l’Aiki Dojo d’Iwama et signé par SAITO Sensei indiquant en anglais « Using force to stop your partner from completing the technics is prohibited » (L’utilisation de la force pour contrer votre partenaire dans l’exécution des techniques est interdite) et éviter tout mal entendu. Toutefois une resistance minimale est requise afin d’avoir matière au travail d’unification et ainsi aider son partenaire à progresser. Pour faire la paix (union) il faut au départ qu’il y ait un conflit (dualité).

« Using force to stop your partner from completing the technics is prohibited » – Dojo Cho

Quant au travail des armes, il se pratique à la même hauteur que l’entraînent à mains nues, ni plus ni moins. On fait régulièrement référence au travail des armes lors d’un cours de travail à mains nues, et inversement. En fait, à Iwama au Japon, le travail des armes y est même officiellement un peu moins enseigné car celui-ci a lieu le matin lors de cours réservés aux uchi deshi et non ouvert, sauf cas particuliers, aux soto deshi.

Suivre ce lien pour télécharger et consulter la revue:  2016-08-REVUE-AIKIDO-CHATEAULIN.

Pour pratiquer après de Jacques BIOJOUX…

Ecole d’Aïkido de Chateaulin

DOJO DE PENMEZ
29150   CHATEAULIN

Enseignant : Jacques BIOJOUX

  • LUNDI & VENDREDI 19H30-21H30
  • VENDREDI 19H30-21H30
  • DIMANCHE 10H30-12H

Correspondant :Glenn MAZE

Email : alexmarjo@neuf.fr

2 thoughts on “2016-08 – Revue du Dojo d’Aikido Kastellin en Finistère

  1. dimanche 4 sept 18h20
    Bonsoir
    merci de votre intelligence d’esprit
    merci de nous avoir fait l’honneur de votre attention
    merci de nous avoir fait une place au sein de votre blog
    indiquant de ce fait nos coordonnées
    j’espère, réellement, un jour pouvoir participer à un stage du Senseï Daniel TOUTAIN
    mais nous le savons tous, le déroulement de l’espace temps et de la vie par elle même ne nous donnent pas toujours la possibilité de vivre nos espoirs, rêves, projets,
    Amicalement
    Jacques
    Ne pas publier ce petit message, il n’a son importance que dans un sincère et honnête partage d’une pratique dont j’en ignore les « différences » si différence il y a, car il me semble que Maître SAOTOME disait, lors de ses venues au stage annuel international du Vigan, qu’il n’y avait qu’un seul Aïkido
    merci

Laisser un commentaire