Interview: Stéphane BRAVIN… vivre l’Aikido avec passion

Stef Bravin Photographe et Aikidoka


Stéphane à l’oeil du photographe professionnel.
Son choix de la pratique de l’Aikido est aussi une question d’esthétique.

Pour ce 4eme volet d’interview,  c’est Stéphane qui prend la parole.  Cela tombe bien, il vient d’ouvrir un dojo d’Aikdio à Ajaccio, en Corse. Stéphane a a son actif plusieurs années de pratique (et même d’enseignement au club d’aïkido de Maintenon) sur « le continent »..

Aiki-Dojo : Bonjour Stéphane !

Tout d’abord, merci de participer à cette petite série d’articles et d’interviews en parlant un peu de vous et en nous faisant partager votre expérience de l’Aikido.
Pouvez-vous nous parler un peu de vous, votre profession, ce que vous faites dans la vie, de vos activités en dehors de l’Aikido.

Je suis photographe professionnel, spécialisé en décoration d’intérieur. J’habite en Corse depuis février 2011, et, en dehors de l’Aïkido,  pratique la randonnée, le footing, et bien entendu la photographie.

Stephane Bravin
Stéphane BRAVIN aux mains de Daniel TOUTAIN – Stage Aikido près de Grasse – 10/2011

Aiki-Dojo : Depuis combien de temps pratiquez vous l’Aikido ?

Stéphane : j’ai commencé l’aikido en avril 1991, cela fait donc 20 ans… le temps passe vite !

Aiki-Dojo : Qu’est-ce que vous y recherchez, dans quel contexte avez-vous commencé et où ?

Stéphane : Dans ma pratique de l’aikido, je recherche tout d’abord la pratique d’un budo au sens noble du terme, donc dans le respect de l’éducation « d’un esprit sain dans un corps sain », mais aussi et surtout, avec le temps, cette notion d’harmonie avec ce qui m’entoure. Il n’y a rien de mystique dans cette démarche, juste le fait que cette notion s’applique aussi très bien à la photographie, avec cette idée de vivre en « awase » avec le sujet à mettre en image, vivre précisément au même moment que l’autre et son action. Cela s’applique à tous les événements de la vie quotidienne.

J’ai commencé sur les conseils de mon acupuncteur de l’époque, qui me disait que l’aikido canaliserait mon trop plein d’énergie 🙂

Aiki-Dojo : Quels ont été/sont vos enseignants ?

Stéphane : J’ai commencé l’aikido avec Claude CABARET, et Mariano ARISTIN, puis j’ai suivis Bernard PALMIER et Christian TISSIER. En arrivant à Nice, j’ai eu Daniel JEAN-PIERRE comme enseignant. Je suis arrivé à Iwama Ryu avec Eric SAVALLI, car la démarche de l’aikikai ne me correspondait pas. Je suis toujours en recherche de ce qui me convient, n’hésitant pas à bousculer ma vie. Là, avec Iwama Ryu, j’ai trouvé la base de recherche qui correspond à ma vie et à ce qui m’entoure.

Aiki-Dojo : Quelle importance apportez-vous aux grades, au travail des armes, au travail à mains nues, au travail personnel ?

Stéphane : Les grades n’ont de valeur que d’avoir une idée de son niveau technique. Après je pense que ce qu’il en reste vraiment est ce qu’on vaut sur le tatami. La course aux grades n’est pas une fin en soi, juste un étalon.
Le travail des armes me parait plus qu’important, en pratiquant régulièrement, on ressent bien cette relation étroite avec le travail à mains nues. De plus, il permet vraiment de détendre les épaules, les bras, nous apprend à travailler plus souple pour le taijutsu sans enlever d’efficacité.
Le travail à main nues est aussi essentiel pour vivre son partenaire, avoir de vraies sensations physiques. Il renforce les articulations, et entretien la souplesse.
Le travail personnel me permet de ne pas trop perdre la main, je suis un peu isolé pour le moment ici en Corse, SDF (sans dojo fixe 🙂 ), alors je travaille seul, face au miroir, mais il faut se motiver, et je ne le fais pas tous les jours. Un peu de discipline me ferait du bien à ce niveau là.
[Ndlr: Juste avant que cet interview ne soit publié cet interview, Stéphane à ouvert des cours à Ajaccio au sein d’une association toute juste créée.]

Aiki-Dojo : Par quels moyens prolongez-vous votre étude de l’Aikido ? quels sont vos supports (livres, sites internet, DVD) ?

Stéphane : Les DVDs de Daniel TOUTAIN sont un très bon support pour approfondir les bases que nous avons étudiées sur les tatamis. Je regarde aussi des vidéos du fondateur, et de SAITO Sensei. On y retrouve vraiment les formes que l’on apprend au sein de l’Ecole, c’est très formateur de les regarder. J’ai aussi la série des livres de SAITO Sensei que je consulte de temps en temps.

Aiki-Dojo : Participez-vous à des stages avec d’autres professeurs ? qu’est-ce que cela vous apporte ?

Stéphane : Les stages que je suis sont surtout dirigés par Eric SAVALLI et Daniel TOUTAIN. J’ai participé 3 fois à des stages avec Hitohiro SAITO. Le stage me permet de corriger 1 ou 2 détails dans ma pratique, et je cherche à les appliquer pendant la durée du stage. (avec de temps en temps le relâchement sur d’autres détails…) Sinon, j’aime aller pratiquer en « semaine Uchi deshi », car là, on fait un vrai travail de fond, sur une semaine, et c’est lors de ces stages là que j’ai pu vraiment progressé. Je les recommande chaudement.

Aiki-Dojo : Qu’avez-vous trouvé au final ? cela correspond-t-il à vos attentes initiales ?

Stéphane : Au final, j’ai trouvé un art de vivre au travers d’un budo. Je ne peux pas l’appliquer pour tout dans ma vie, ça serait extremiste, mais au moins cette notion d’awase avec ce qui m’entoure, ma profession. D’ailleurs, on le voit dans les photos que j’ai faites avec Daniel TOUTAIN, saisir l’instant précis en 1 photo signifie vivre avec son sujet.
[Ndlr : Vous pouvez retrouver les photographies de Stéphane BRAVIN sur la page Facebook de l’académie et bien sûr sur le site de sonh association : Iwama Ryu Corsica]

Aiki-Dojo : Conseilleriez-vous l’Aikido ? pourquoi ?

Stéphane : Bien entendu que je conseillerai l’aikido, et à tout le monde. Parce que c’est un budo complet, de recherche de la perfection dans tout ce que l’on fait, pour sa rigueur, et ses valeurs de respect. Nous vivons dans un monde où les repères et les valeurs se perdent, aussi la pratique d’un budo traditionnel permet de se retrouver dans ces valeurs.

Aiki-Dojo : Quels conseils donneriez-vous à un débutant ?

Stéphane : Prendre son temps dans l’exécution de la technique et être rigoureux.

Aiki-Dojo : Un mot de la fin ?

Stéphane : Il ne peut y avoir de fin, c’est un chemin de vie 😉 La faim de se perfectionner !

Aiki-Dojo: Merci Stéphane ! Je suis sûr que tes élèves en Corse auront beaucoup à apprendre à tes cotés et que tu sauras leur transmettre ta passion pour cet art martial japonais.

A bientôt sur les tatamis !
Aiki-Dojo.fr

Livre - Aikido
Encart d’une photographie de Daniel TOUTAIN réalisée en 2009 par Stéphane BRAVIN.
Projet de livre sur les techniques de base des armes en Aikido…

Un message à Stéphane ? Une réaction ?
Laissez votre message…

6 réflexions au sujet de “Interview: Stéphane BRAVIN… vivre l’Aikido avec passion”

  1. beau petit interview sensei ! (peut-on dire « ex-sensei » ?!)
    Bref, quelques moments de nostalgies en te voyant parler de Claude et en repensant à tes histoires racontées aux cours enfants, à Maintenon… Ne perds pas ce côté ludico-historique de ton enseignement !
    Merci, à bientôt (…en Corse ??!)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.