Le Shinto

Shinto (神道 Shintō – On parle aussi de Shintoïsme)

Pour l’essentiel du texte, celui-ci a été écrit par mon amie et élève Marie (que vous pourrez mieux connaître en lisant l’interview qu’elle avait fait en juillet 2011) à partir de l’excellent livre « Shinto – The Kami Way » Dr. Sokyo ONO ainsi que de reportage « Shinto ou l’Empire des âmes » de Jean-Claude COURDY – voir les références en fin d’article.
Toutes les illustrations de cet article proviennent de ce livre et sont donc sous copyright de la maison d’édition.

UESHIBA Morihei O’Sensei, le fondateur de l’aïkido, était un fervent pratiquant de la religion Shinto. A ce titre, le shinto mérite bien une place, même modeste, sur ce blog.
On retrouve un exemple d’influence directe du Shinto dans le salut incluant le claquement des mains en début et fin de chaque keiko (séance d’entrainement). Frapper dans ses mains, lors des rites Shinto, c’est créer une vibration pour attirer le Kami et lui permettre de se présenter devant soi.

Voici d’ailleurs ce que HISA Takuma sensei écrivit au sujet de son professeur O’Sensei (référence : cf. l’article « Shinbudo 1942 » d’Eric GROUSILLIAT [lien]) :

 (O’Sensei) […] a combiné les techniques martiales conventionnelles avec l’ancienne religion mystique du Japon, le shinto, pour établir sa propre école d’arts martiaux des kami pour le bénéfice et la gloire de l’Empereur. […] – HISA Takuma sensei ~1940

Entrée d'un temple shintô

Littéralement, le Shin-tō signifie « La voie (道) des Shin (Kami – 神)« . C’est la même « Voie (Do – 道) » que l’on retrouve dans AiKi-Do (合気 道). On pourrait tout aussi bien prononcer « Shin-Dō » que « Shin-Tō« . L’idéogramme « Shin » (神) est fondamentalement équivalent à celui de « Kami« …

Les Kamis

Une traduction simpliste du terme japonais « Kami » donnerait « esprit » en français, ou « force vitale ». Il faut cependant comprendre par « esprit » une manifestation des éléments de la nature, d’un lieu, etc…

Il y a peu de représentations des Kami. Ils le sont parfois sous forme d’animaux (renard, vache) ou de personnages armés d’arc et de flèches ou de chiens (on peut y voir ici une influence de la Chine).

On parle de substituts de forme pour les Kami, substituts auxquels ils s’attachent pour s’incarner momentanément dans le monde. Les Kamis sont des manifestations de forces vitales à travers des objets, mais les Kamis ne sont pas les objets eux-mêmes.

Shintoïsme, Bouddhisme et Christianisme

Prête shintoïsteIl n’y a pas de dogme dans la religion Shinto, ses rites ne sont pas codifiés. Elle n’est d’ailleurs pas exclusive et s’est ainsi adaptée à l’implantation du bouddhisme.
Un autel Shinto peut cohabiter parfaitement avec un autel bouddhiste ; ce n’est pas une religion exclusive. Qu’ils le reconnaissent ou non, les japonais ont toujours su intégrer à leur culture et à leur mode de vie des écoles et enseignements venus de l’étranger. Ce fut le cas dans les secteurs des arts martiaux, des religions… ainsi, le shinto s’est accommodé sans problème du Bouddhisme et même du Christianisme. Le fondateur a d’ailleurs souvent fait référence à Bouddha ou à Jesus.

Le Shinto est une religion chamanique, et un état d’être. Il a su évoluer et a su s’adapter à la modernité.

Il s’agit aussi d’une religion du quotidien, de tous les instants, rythmant bien sûr les grandes périodes de la vie, mais aussi les petits gestes de tous les jours. Le Shinto est une religion conviviale, de rites collectifs et de fêtes.

Recherche de l’harmonie

A travers la religion Shinto s’exprime une recherche de l’harmonie en l’homme, entre les hommes, ainsi qu’une harmonie plus générale, celle de l’homme dans son environnement, dans un esprit de communion.

Les Shintoïstes recherchent l’accomplissement de la forme, que celle-ci soit celle d’un homme ou d’un arbre. Si l’un ou l’autre parvient à l’accomplissement de cette forme, il peut devenir Kami et être digne de vénération. C’est sans doute dans cette recherche de l’accomplissement de la forme qu’a été inspiré O’Sensei dans l’élaboration de l’aïkido, à la recherche du mouvement juste (non-violent) et efficace.

« Pour les japonais, le Shinto est un état d’âme »
– HATTORI Eiji

Les sanctuaires shintô

Il existe de très nombreux sanctuaires. Ceux-ci ont une architecture qui découle du grenier à riz traditionnel. Ils ont ensuite connu l’influence de l’architecture bouddhique, donnant aux sanctuaires une architecture plus monumentale.

A l’entrée des sanctuaires se trouvent des « torii », des portiques sacrés, souvent peints en rouge.
Des cordes ou « tabu » entourent les espaces, lieux, arbres sacrés, et sont décorés de bandelettes blanches.

torii
Les différents styles de Torii

Misogi

Parmi les rites shinto se trouve le « Misogi ». Il s’agit d’un rite de purification par l’eau. L’homme doit être en accord parfait avec la nature ; s’il agit en contradiction avec ce principe, il doit se purifier avant d’entrer dans un sanctuaire, en se lavant les mains et la bouche (purification du corps et des paroles).

L’histoire du Shintô et celui du Japon

En 1868, lorsque débutent l’ère Meiji et la grande modernisation du Japon, le shinto est coupé de ses racines agraires. L’empereur n’est alors plus uniquement un guide spirituel, mais aussi un chef politique. Naît alors un nouveau Shinto, dit Shinto d’Etat, qui prend en compte les intérêts du Japon en tant que nation ou Etat. Le Shinto est alors devenu religion d’Etat à la place du bouddhisme, sous une forme politique.

L’empereur, descendant de tous les Kami, est un prêtre-roi, ouvre les cérémonies des saisons. Il représente l’âme du Japon.

Au début du XXe siècle, le Shinto national fut ainsi détourné en religion d’Etat, recherchant à souder spirituellement le Japon. Le Shinto a été utilisé par le gouvernement comme un outil de patriotisme. Après la seconde guerre mondiale, le Shinto d’Etat a été aboli.

Cette religion perdure, sous forme plus diffuse, plus privatisée, sauf à l’occasion de quelques fêtes majeures, comme la nouvelle année, fêtée avec beaucoup de solennité comme un rite de purification.

Le Shinto s’est adapté à la modernité, à la technologie : aujourd’hui, on purifie toujours les maisons, mais aussi les voitures, les entreprises.

Pour aller plus loin…

  • « Shinto – The Kami Way« , l’excellent livre de Dr. S. ONO et W. WOODARD.
  • « Le Shinto » [wikipedia] »
  • « Shinto ou l’Empire des âmes » un film de Jean-Claude COURDY diffusé en 1987 par FR-3

1 réflexion au sujet de “Le Shinto”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.