Proche de O’Sensei ?

par Tristão Da Cunha

Si l’étiquette est absente dans le Budo (art martial), alors il n’y a pas réellement de Budo. L’étiquette vous enseigne à être pleinement présent, conscient aux détails.

Tristão Da Cunha

Beaucoup de personnes ont pu écrire dans des livres qu’ils avaient eu une proche relation avec O’Sensei, le fondateur de l’Aïkido. En réalité, le fondateur était une personne très ancrée dans la tradition et enseignait de façon très respectueuse des conventions de l’époque. Établir une relation intime avec lui était simplement impossible.

Sur cette photographie (1964), on peut voir la façon correcte d’écouter votre enseignant à l’intérieur du dojo. On y voit clairement également le profond respect que les élèves avaient envers le fondateur.

Cette photographie, parce que l’un des élèves tient dans ses mains un document papier, fut prise probablement soit avant, soit après une séance d’entrainement (je dirais avant car personne sur cette photo ne semble fatigué). Bien que cela ne soit pas durant un keiko (entrainement), il est montré la façon correcte d’écouter votre professeur à l’intérieur.

En suivant la Tradition, sans y être intimidé ou irrespectueux avec elle, vous serez un exemple pour voskohai (camarades du dojo moins gradés et expérimentés que vous).

Si l’étiquette est absente dans le Budo (art martial), alors il n’y a pas réellement de Budo. L’étiquette vous enseigne à être pleinement présent, conscient aux détails.

Reproduit avec l’aimable accord de Tristao Da Cunha Sensei.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.