Interview: Domenico Ventreli, aikidoka de longue date…

Domenico VentrelliDomenico lors d’un stage Aikido
à Drap (06 – nord de Nice) en mars 2008.
Dom a beaucoup de plaisir à enseigner aux enfants et n’hésite pas à pratiquer avec les débutants.

Voici le 5eme volet d’interview qui donne la parole aux élèves.

Aiki-Dojo : Bonjour Domenico !

Tout d’abord, merci de participer à cette petite série d’articles et d’interviews en parlant un peu de vous et en nous faisant partager votre expérience de l’Aikido.
Pouvez-vous nous parler un peu de vous, votre profession, ce que vous faites dans la vie, de vos activités en dehors de l’Aikido.

Domenico: Je  suis un homme de 53 ans, je travaille dans le domaine hôtelier depuis…la nuit des temps :), disons plus de trente ans. Un métier qui a été bien passionnant, par la formation, les contacts, les voyages, sa diversité en bien des domaines : mœurs, langues, vie, culture, etc…
En dehors de l’aïkido, mes autres passions vont vers le monde animalier, les chiens en particulier, la lecture, le cinéma, le théâtre, la musique (de ma génération…:)) la course à pied, le vélo, l’astronomie, la cuisine….

Balade en bonne compagnie canine

Aiki-Dojo : Depuis combien de temps pratiquez vous l’Aikido ?

Domenico : Je pratique l’aïkido, on va dire avec entêtement, depuis 1989. Du moins j’ai découvert cet art martial en 1989, puis il y a eu une petite période de « non-pratique ». En effet quand on parle de pratiquer l’aïkido, je ne tiens pas compte des phases préliminaires, approche, motivation, séduction, compréhension.

Aiki-Dojo : Qu’est-ce que vous y recherchez, dans quel contexte avez-vous commencé et où ?

Domenico : Ce que je recherche ?… c’est bien là le mystère… Lors de ma première visite dans un dojo, un vrai, puisque le Maître y vivait, j’ai vu des petits tableaux accrochés au mur qui parlaient de l’unité de l’univers, de spirales, de forces positives et négatives… des choses bien intrigantes que j’avais presque assimilées à une secte….
Ce que je recherche c’est un peu l’étude du corps humain, ce que l’on peut arriver à faire, analyser certaines situations…. surtout de danger.
Je dirai que c’est un peu comme la prévention de certaines catastrophes ou incendie. Toujours analyser les endroits, les possibilités.

Livre de Kazuzo Kudo SenseiN’interprétez pas attaque et défense comme deux choses différentes.
Une attaque devient une défense, la défense doit être offensive.
– Kazuzo KUDO Sensei

Un grand Maître de Judo que j’ai eu la chance de connaître à Rome dans ma jeunesse, Kazuzo KUDO, nous apprenait la vraie base des arts martiaux….. »Paix à l’intérieur, vigilance à l’extérieur ».
C’était l’époque ou l’enseignement des arts martiaux, du moins je parle pour le judo, était plus morale que « combattive ». Il nous disait souvent, dès que vous rentrez dans des lieux que vous ne connaissez pas, regardez, observez, les gens, les menaces potentielles, et trouvez autour de vous les sorties, les aides, tout ce qu’il peut vous sauver… peu importe le niveau de votre pratique. Habituez votre esprit à cela…

Aiki-Dojo : Quels ont été/sont vos enseignants ?

Domenico : Mes enseignants les plus importants ont été Philippe VOARINO, Robert TAN, et vous-même très cher !

Aiki-Dojo : Quelle importance apportez-vous aux grades, au travail des armes, au travail à mains nues, au travail personnel ?

Domenico : Les grades ce n’est pas une priorité pour moi. Certes cela sert à reconnaître le niveau de connaissance dans le domaine et l’aisance dans la pratique. Dire que j’y tiens ?… Non, ce n’est pas ma priorité. En judo, très bon exemple, on débute par la ceinture blanche… et on termine par la ceinture blanche, seule différence : l’épaisseur, et ce que l’on a acquis.
Le travail en aïkido doit être complet, et malgré les différentes querelles de l’Aikikai qui a souvent dissocié Tai jutsu [Ndlr Travail à mains nues] et armes, ma conviction personnelle, c’est que ces deux aspects ne sont non seulement liés mais véritablement complémentaires.
Pour ce qui est du travail personnel, je pense qu’il faut tout d’abord avoir un bon niveau, un partenaire techniquement à la hauteur (parfois discriminatoire pour les débutants…) de l’envie et de la concentration.
Cours aïkido à Sophia Antipolis - Valbonne
Cours Aikido à Sophia Antipolis

Aiki-Dojo : Par quels moyens prolongez-vous votre étude de l’Aikido ? quels sont vos supports (livres, sites internet, DVD) ?

Domenico : L’étude de l’aïkido, si elle est bien faite au dojo, je pense que c’est déjà une excellente chose. On peut par la suite visionner des DVDs. Je préfère les DVD aux livres, peut être le fait des images qui bougent c’est plus parlant et captivant.

Aiki-Dojo : Participez-vous à des stages avec d’autres professeurs ? qu’est-ce que cela vous apporte ?

Domenico : Dans le passé j’ai beaucoup plus participé à des stages différents en termes d’école ou de courant de pratique…. Cela apporte toujours quelque chose, et, sans doute à haut niveau, cela permet un certain remise en cause et de remanier ses propres formes plus en profondeur…

Aiki-Dojo : Qu’avez-vous trouvé au final ? cela correspond-t-il à vos attentes initiales ?

Domenico : Je ne sais pas vraiment si j’ai trouvé « ma voie », j’aime ce que je fais, j’aime le dojo actuel ainsi que mon Maître bien entendu, parfois je ne « m’éclate » pas vraiment… mais c’est un peu comme à l’école, il y a des leçons plus intéressantes que d’autres. Je continue à prendre du plaisir, bien que ces deux dernières années des facteurs extérieurs ont beaucoup influencé mon mental et mon physique.

Domenico au premier plan, lors d’un stage Aikido – 10/2008

Aiki-Dojo : Conseilleriez-vous l’Aikido ? pourquoi ?

Domenico : Je conseillerai l’aïkido car pour moi c’est vraiment l’art martial suprême…
Il y a aussi un travail de fond à faire sur soi-même, sans doute ce qui rend la tâche plus difficile que d’apprendre des simples gestes ou coups à porter contre l’adversaire.

Aiki-Dojo : Quels conseils donneriez-vous à un débutant ?

Domenico : Des conseil aux débutants ?… Il faut s’accrocher ça en vaut la chandele ! c’est souvent dur, et tu nous corriges sur nos moindres erreurs. Même si tu es de l’autre coté du tatami… tu veilles sur nous et sur nos erreurs.
Tu es peut-être un perfectionniste, vu aussi ton niveau, mais en tous cas, tu aimes une pratique bien faite…!

Aiki-Dojo : Merci beaucoup pour tes mots Domenico. Cela me touche. J’avoue que j’ai un côté perfectionniste, et pas seulement sur le tatamis. On constate ce « défaut » aussi chez mes propres maîtres d’aikido : Daniel TOUTAIN Sensei et SAITO Hitohiro Sensei. 🙂 Un mot de la fin ?

Domenico : Le mot de la fin ??? Longue vie à notre Maître, longue vie à l’aïkido, et longue vie à moi aussi que je puisse percer tous ces mystères d’énergies, de forces et de physique réunis ! 🙂

Aiki-Dojo: Merci Domenico ! C’est bien vrai que le chemin du budoka est long, et qu’il empreinte parfois des moments de solitude et de questionnements, et d’autres fois, de bien-être et de satisfaction… c’est la leçon de la vie : nous sommes en perpétuelle évolution et ce sont les embuches et le contact avec les autres qui nous enrichit.

A bientôt sur les tatamis !
Aiki-Dojo.fr

 

Un message à Domenico ? Une réaction à cette interview ?
Laissez votre message…

1 réflexion au sujet de “Interview: Domenico Ventreli, aikidoka de longue date…”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.