La Méditation Chinkon

Auray 2005 - chinkon

Méditation et Arts martiaux

Dans bien des arts martiaux, la méditation est partie intégrante de l’entraînement. La maîtrise de son corps étant considérée comme indissociable de la maîtrise de son mental. De plus, le but profond de la pratique des arts martiaux va au delà de la simple auto-défense, car c’est aussi l’acquisition d’une perception plus juste du monde qui nous entoure.

Chinkon Kishin – 鎮魂帰神

Le Chinkon – Kishin (littéralement « Apaisement de l’esprit – retour au divin ») est une pratique méditative « mystique », dans le but d’unifier les esprits divins et humains, qui fut fréquemment pratiquée par UESHIBA Morihei.

Cette ancienne pratique shintô fut modifiée et enseignée par DEGUCHI Onisaburo dans le cadre de la religion Omoto. C’est en faite grâce à elle que UESHIBA Morihei et DEGUCHI Onisaburo se sont rencontrés : En 1919, UESHIBA Morihei, ayant reçu de mauvaises nouvelles de son père, décida de retourner le voir. Sur son chemin de retour depuis l’île d’Hokkaido, il entendit parler d’un grand maître de Chinkon Kishin du nom de Onisaburo qui enseignait la religion Omoto à Ayabe. Il décida alors d’y faire un détour dans le but de demander à ce maître de prier pour le rétablissement de son père.

DEGUCHI Onisaburo pratiquait et enseignait le Chinkon et le Kishin comme une seule et unique méthode. Ils étaient initialement une poignée d’adeptes à la pratiquer, mais dans les années 1916 à 1921, c’était des centaines de membres de la religion Omoto qui la pratiquait. DEGUCHI Onisaburo préféra alors abolir cette pratique que les autorités locales voyaient d’un mauvais œil. Après la guerre du Pacific, seule la pratique méditative (Chinkon) fut maintenue.

C’est à ce titre que O-Sensei UESHIBA Morihei, fondateur de l’Aikido, pratiquait régulièrement et intensivement la méditation en parallèle d’autres pratiques plus religieuses. On dit de O-Sensei qu’il méditait 3 fois par jour : le matin, le soir, et avant l’entraînement.

Osensei-meditation Chinkon
Maître UESHIBA Morihei (à droite), méditant dans les plaines de Mongolie (1920~)

Techniques de base de méditation

Phase préparatoire

La préparation à la méditation fait partie intégrante de la pratique méditative et ne doit pas en être dissociée. Elle consiste notamment en des mouvements d’assouplissement (bassin, épaules, coup, nuque…) et des exercices respiratoires.

La posture méditative

Quelques points fondamentaux, concernant la posture, doivent être gardés à l’esprit…

  1. Assise confortable sur un coussin.
    De préférence en lotus ou demi-lotus, ou bien sûr en position seiza (salut au dojo). Les genoux doivent de préférence toucher le sol.
    Si la position assise au sol est difficile à tenir, on peut simplement s’assoir sur une chaise occidentale.
  2. Dos droit.
    Le bassin est légèrement basculé, le dos est droit, bien vertical. La base du dos est légèrement cambrée.
  3. Buste ouvert.
    Les épaules sont relâchées mais ouvertes (non recroquevillées).
  4. Mains à la racine des jambes.
    Les mains sont posées sur les jambes, paumes vers le bas ou vers le haut. Les bras sont détendus, sans tension.
  5. Tête droite et détendue.
    La tête est verticale, sans tension également. Le menton est légèrement rentré.
  6. Bouche détendue.
    Comme le reste du corps, la mâchoire est détendue ainsi que la langue.
  7. Regard relâché.
    Le regard est relâché, les yeux sont généralement mi-ouverts (il ne font pas s’endormir, ni fixer fermement son regard). La vision est diffuse et ne doit pas stimuler l’esprit.

Méditation proprement dite

Il existe plusieurs méthodes de méditation. Certaines consistent en exercices de visualisation et/ou respiration. D’autres, plus « épurées », consistent simplement à ne pas s’accrocher aux pensées et essayer d’espacer les instants entre deux pensées. La méditation japonaise Zazen et la méditation tibétaine font la part belle à ce second type de méditation.

Séances et matériel de méditation

Le matériel est on ne peut plus simple : tenue décontractée n’occasionnant aucune gène, et coussin ferme « Zafu » 座蒲 (on peut également utiliser un « banc de méditation »).

Pour commencer, on peut pratiquer 10 ou 15 minutes par jour. Ensuite, mieux vaut pratiquer sous forme de 2 séances de 10 ou 15 minutes, plutôt qu’une seule séance de 20 ou 30 minutes.

meditation-zafu (cc) flickr-2331993308
Photo (cc) teamaskins.

Pour aller plus loin…

La première partie de la rédaction de cet article a été essentiellement réalisée sur la base d’articles publiés sur AikidoJournal.com ainsi que de l’excellent livre de Birgit STAEMMLER :  « Chinkon Kishin ».
D’ici quelques semaines ou mois, une section « Bibliothèque » verra le jour sur aikidojo.fr. Des livres de premier choix à mes yeux y seront répertoriés. [MAJ 2011-10-22] La section en question est disponible ici. Cliquer sur le sous-menu « Livre MEDITATION et ZEN » situé à droite de la page.

Comme toute pratique, la seule étude théorique par les livres ne peut suffire. Pour évoluer dans la bonne voie, la pratique est au coeur des choses, et il est indispensable de trouver et suivre un bon guide

Laisser un commentaire